La mise en page du site vous semble bizarre ? Découvrez pourquoi en cliquant ici.

Logo du CAMO pour personnes handicapées

La compétence au-delà de la différence

logo du CAMO adapté pour l'imprimé
Réunion à laquelle participent des personnes handicapées et des interprètes en langue des signes.
Personne communiquant avec un téléscripteur (ATS).
Homme ayant une déficience visuelle, lisant un document en braille lors d'une réunion de travail.
Vous êtes ici : Accueil > Documentation > Publications > Vol.5 no.2 - Décembre 2006

Documentation : Publications

Vol. 5 no. 2 - Décembre 2006

Claude Séguin, directeur général du CAMO pour personnes handicapées.

Mot du directeur général

Journée Contact étudiants/employeurs

Le 20 novembre dernier, 150 étudiants et diplômés de niveau postsecondaire et 20 employeurs acceptaient l'invitation du CAMO en se rencontrant à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec.

En organisant cet événement, nous voulions répondre à une demande très précise d'employeurs qui désiraient rencontrer des personnes handicapées dont les compétences sont susceptibles de répondre à leurs besoins de main-d'œuvre. Nous espérons que les échanges au cours de cette matinée ont fait ressortir que les ambitions professionnelles de ces personnes n'étaient pas irréalistes et que leurs efforts pour acquérir des compétences n'étaient pas vains.

Nous sommes conscients que d'autres étapes devront être franchies pour concrétiser en emplois ces objectifs professionnels. Nous serons donc à l'affût de résultats concrets émanant de ces démarches.

Nous voudrons aussi constituer au cours des prochains mois un réseau d'entreprises dont la gestion des ressources humaines souscrit à des valeurs d'équité en emploi. À cet égard, nous pouvons déjà compter sur un noyau d'entreprises solide :

  • Air France
  • Banque Nationale
  • Laboratoires Abbott
  • Loto-Québec
  • Roche Diagnostics

C'est d'ailleurs ce même groupe d'entreprises qui manifestait, il y a quelques mois, son désir de rencontrer des étudiants et des diplômés de niveau postsecondaire. Nous pouvons assuré-ment compter sur leur engagement et leur implication.

Cette Journée Contact s'est concrétisée grâce à la précieuse collaboration des services d'aide aux étudiants handicapés des collèges et des universités de la grande région de Montréal.

Avec cet événement, nous souhaitions tous faire la promotion des compétences des personnes handicapées. Nous voulions également offrir aux employeurs une occasion de faire connaître leurs besoins de main-d'œuvre et les profils de compétences associés à ces besoins.

La participation enthousiaste à cette rencontre semble nous démontrer la justesse de ces objectifs.

Merci à tous les participants!

Claude Séguin, directeur général
CAMO pour personnes handicapées

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Capitale-Nationale : la transition vers le marché du travail facilitée pour les étudiants du postsecondaire ayant une limitation fonctionnelle

Depuis septembre dernier, dans le cadre d'un projet pilote, les étudiants ayant une limitation fonctionnelle de niveaux collégial et universitaire habitant la région de la Capitale-Nationale peuvent compter sur des services spécialisés pour faciliter leur passage vers le marché du travail à la fin de leurs études. Les services offerts dans le cadre de ce projet sont, entre autres, l'évaluation des capacités physiques et des capacités de travail, le counseling d'emploi, la préparation, l'aide et le soutien à la recherche de stage ainsi qu'à la recherche d'emploi, l'intégration, le maintien et le suivi en emploi. Le but du projet est de s'assurer que ces étudiants puissent mettre à profit leurs compétences nouvellement acquises auprès des employeurs, et ce, de façon plus rapide et plus simple, sans attendre la fin des études.

Ce projet est la concrétisation des efforts menés depuis 2005 par le CAMO pour personnes handicapées et ses partenaires. L'objectif était de mettre de l'avant des initiatives permettant à cette clientèle d'avoir accès à des ressources pour développer son employabilité durant ses études et faciliter sa transition en emploi .

Le projet mis en place à Québec a été rendu possible grâce à l'aide financière de la Direction régionale d'Emploi-Québec Capitale-Nationale. Le promoteur du projet est le service spécialisé de main-d'œuvre (SSMO) La Croisée (www.lacroise.ca). Ce dernier mettra à la disposition des étudiants les services d'une conseillère spécialisée qui œuvrera au sein même des établissements d'enseignement visés par le projet (Champlain St.Lawrence College, Cégep de Sainte-Foy, Cégep Limoilou, Collège François-Xavier-Garneau et Université Laval).

Afin de mener à bien le projet, la conseillère de La Croisée travaillera en étroite collaboration avec les conseillères et conseillers des services d'aide et d'intégration pour les étudiants handicapés dans les établissements d'enseignement ainsi qu'avec les services de placement. De plus, consciente que les étudiants doivent jongler avec des horaires souvent bien remplis et que leur disponibilité n'est pas la même, la conseillère du SSMO se déplacera dans les établissements d'enseignement afin de faciliter l'accès aux services spécialisés.

Les partenaires du projet visent à appuyer les démarches de 40 à 50 étudiants ayant soit une déficience physique, une déficience sensorielle, une déficience neurologique ou une déficience organique. Ces étudiants doivent en être à leur dernière année d'études.

Pour plus d'information, vous pouvez contacter Mme Linda Paré du SSMO La Croisée par téléphone au (418) 529-6841 (ATS (418) 624-1722) ou par courriel au lcroise@videotron.ca.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

Le CAMO pour personnes handicapées au Sommet de l'économie sociale et solidaire

Les 16 et 17 novembre dernier, le CAMO pour personnes handicapées était au nombre des 650 participants au Sommet de l'économie sociale et solidaire. Au menu : bilan de la dernière décennie, concertation, mobilisation à l'égard de projets communs, découvertes et débats, le tout se terminant par la visite de la Foire nationale de l'économie sociale et du commerce équitable dans le Vieux-Montréal. Avec des participants provenant des réseaux et des regroupements d'entreprises collectives, des organismes de soutien au développement, des grands mouvements sociaux et des réseaux et groupes de solidarité internationale, le Sommet était l'occasion de rencontrer plusieurs intervenants des différentes régions du Québec et d'ailleurs dans le monde.

Ce sommet fut aussi un moment privilégié pour mettre de l'avant des propositions favorisant l'intégration des personnes ayant des limitations au secteur de l'économie sociale. Voici les deux propositions du CAMO :

1- « Le CAMO pour personnes handicapées, de par sa mission, offre sa collaboration à toute entreprise qui désire diversifier davantage sa main-d'œuvre et faire en sorte que les travailleurs ayant des limitations fonctionnelles, y compris celles liées à un problème de santé mentale, fassent de plus en plus partie de la relève. »

2- « Afin de s'assurer de la participation pleine et entière des personnes handicapées actives ou intéressées au secteur de l'économie sociale (représentants du milieu associatif, personnel de direction, travailleurs, personnes en démarche de développement de l'employabilité), il importe que les organisateurs de tels événements et les entreprises adoptent les principes de l'accessibilité universelle, que ce soit dans la planification et la mise en place d'événements, les contenus Web, le matériel de communications, etc. »

De manière générale, les acteurs du secteur de l'économie sociale ne sont pas fermés à l'embauche de candidats ayant des limitations, bien au contraire. Cependant, comme tout autre employeur, ils peuvent ne pas avoir toute l'information requise ou ne pas connaître certaines façons de faire qui favoriseraient une présence plus significative de ces personnes dans leurs rangs.

Finalement, le CAMO pour personnes handicapées appuie la Déclaration 2006 présentée à l'occasion de la clôture du Sommet. En effet, la recommandation concernant le fait d'entreprendre solidairement a été amendée, et ce, afin d'y inclure l'engagement de faire plus de place aux personnes handicapées (page 5). Le Sommet reconnaît ainsi qu'il y a des efforts supplémentaires à fournir pour faire de l'économie sociale un secteur encore plus équitable.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Répertoire d'emplois occupés par des personnes ayant une déficience visuelle

Plusieurs jeunes ayant une déficience visuelle (ainsi que leurs parents ou leurs enseignants) se questionnent sur le type de métiers ou de carrières qu'ils pourront exercer à l'âge adulte. Quels choix s'offrent à eux? Comment concilier déficience visuelle et emploi? Si le choix de métiers n'est pas infini, se limite-t-il nécessairement à quelques métiers souvent cités tel que le travail en centre d'appels ou la massothérapie?

C'est dans le but de pouvoir fournir une panoplie d'exemples possibles que la Table de concertation jeunesse en déficience visuelle et son comité emploi ont élaboré un répertoire des emplois occupés par les personnes ayant une déficience visuelle. Élaboré à partir de données fournies par plusieurs membres de la Table, ce répertoire contient de l'information sur plus de 100 emplois différents occupés par près de 140 travailleurs ayant diverses limitations visuelles (cécité complète, basse vision, résidu visuel, etc.).

Le répertoire est accessible sur le site Web du service spécialisé de main-d'œuvre Horizon-Travail qui œuvre exclusivement auprès des personnes ayant une déficience visuelle et leur offre des services d'aide à l'emploi. En plus du SSMO Horizon-Travail, les partenaires ayant collaboré au répertoire sont le SEMO Montérégie, l'Institut Nazareth et Louis-Braille et le CAMO pour personnes handicapées.

La Table de concertation jeunesse en déficience visuelle a été créée en 2004 par divers organismes (associations, centres de réadaptation, services de main-d'œuvre, écoles, etc.). La création d'une telle table de concertation visait à mettre en commun les ressources des organismes membres afin de permettre aux jeunes ayant une déficience visuelle et à leur famille d'obtenir ou d'améliorer certains services afin de mieux répondre à leurs besoins. La Table, qui réunit maintenant une vingtaine d'organisations, mène différentes actions pour réduire l'isolement social des jeunes afin d'améliorer leur intégration à la société et améliorer leur préparation et leur accès au marché du travail. Il sera bientôt possible d'en savoir davantage sur la Table en consultant son site Web, présentement en construction, au www.tcjdv.qc.ca.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

Deux initiatives ayant des airs de famille, deux couples ayant des idées en commun

L'un des couples est sur la Rive-Sud, l'autre à Outremont. L'un a fondé D'un couvert à l'autre, une entreprise d'économie sociale en imprimerie, l'autre, Déclik, un organisme à but non lucratif dans le domaine de la production vidéo. L'un vit cette aventure en famille, l'autre a ouvert sa maison. Les deux couples réunis par le CAMO cet automne se ressemblent, ils ont la même fougue quand ils discutent des projets qu'ils mènent. Les deux organismes sont actifs dans deux secteurs économiques où la créativité compte et travaillent avec des travailleurs et futurs travailleurs qui vivent avec des problèmes sévères de santé mentale.

D'un couvert à l'autre

À Longueuil, en mai 2000, Jerry Prindle et Maxine David mettent sur pied un organisme à but non lucratif. Ébranlés par le suicide du fils d'une amie, un jeune homme schizophrène, ils ont commencé à échafauder leur plan : permettre à ces personnes de réaliser des projets à leur rythme, dans un milieu de travail où ils se sentiraient bien; plus qu'un milieu de travail, un milieu de vie. C'est ainsi que Jerry et Maxine changent de métier et que D'un couvert à l'autre est né.

D'un couvert à l'autre est une entreprise d'économie sociale qui embauche 17 personnes ayant des limitations liées à des problèmes de santé mentale et une équipe de soutien. La majorité de ces personnes ont accès à la mesure Contrat d'intégration au travail d'Emploi-Québec.

D'un couvert à l'autre c'est aussi une organisation qui offre des services de formation et d'accompagnement à des personnes schizophrènes pour qu'elles se réintègrent socialement et développent leur employabilité.

D'un couvert à l'autre, c'est une entreprise d'imprimerie, de reliure, de production de matériel imprimé sur mesure. D'abord actif comme fournisseur des bibliothèques publiques dans la plastification des livres et dans la revente de livres usagés, ils doivent réorienter leur offre de service afin de trouver un créneau plus rentable.

Jerry Prindle et Maxine David de l'organisme D'un couvert à l'autre
Jerry Prindle et Maxine David de l'organisme D'un couvert à l'autre

Se tournant vers l'édition et l'impression (Jerry en connaissait quelques rudiments), ils obtiennent, en 2001, le contrat de développer un outil pour les centres de la petite enfance (CPE). Il s'agit d'un carnet de bord permettant aux parents de garder le lien avec le personnel du CPE tout en ayant en main l'information dont ils ont besoin. Ce carnet de bord a été rédigé par D'un couvert à l'autre en fonction des demandes des 250 CPE de la région. L'entreprise s'adjoint alors Mme Patricia Lemarbre, une ressource à l'encadrement qui connaît bien les processus de production.

De 2002 à 2005, D'un couvert à l'autre prend un autre tournant. Avec le Projet Pont, financé par le Fonds d'intégration au travail des personnes handicapées de Ressources humaines et Développement social Canada (volet collectif combiné la seconde année au volet individus), l'organisme forme 12 personnes par année. Elles ont créé, de la conception à la finition, quatre articles destinés aux personnes de la région qui ont des problèmes de santé mentale. L'objectif était de leur donner un coup de main dans l'organisation de leur vie quotidienne : calendrier santé et aide-mémoire, cahier de budget, aide-mémoire pour l'épicerie, carte format portefeuille avec coordonnées des ressources en cas d'urgence. Ces produits ont été développés et distribués avec l'appui des partenaires des secteurs de la santé, des services sociaux et de l'emploi.

Son conseil d'administration organise un encan annuel permettant d'assurer une partie du financement de base. D'un couvert à l'autre est dirigé par un conseil d'administration principalement composé de gens d'affaires et présidé par un membre du corps médical.

À ses débuts et lors de quelques étapes charnières, D'un couvert à l'autre a pu compter sur l'expertise et le soutien financier du Centre local d'emploi et du Centre local de développement, notamment pour ce qui est de l'essor de nouveaux marchés et de la gestion des ressources humaines.

Déclick

Habitant une magnifique maison à Outremont, un couple y travaille avec une équipe qui compte actuellement 13 personnes. Déclick est un organisme à but non lucratif ayant pour but de développer des emplois durables et de qualité dans le domaine des arts de la vidéo et du cinéma pour les personnes qui vivent avec des problèmes sévères de santé mentale.

Le type d'emploi est adapté au rythme des personnes et offre un environnement stable. Bien que ces emplois soient adaptés, fort est de constater que l'équipe sait produire à un rythme rapide. Lorsque Déclick pilotait le projet d'insertion à l'emploi l'an dernier, neuf personnes ont produit, en un an, trois vidéos (il faudrait plutôt dire des films) et une exposition photos. Le tout sans oublier de nombreuses présentations publiques tant au Québec qu'en France.

Le projet d'insertion ayant permis de former ces neuf personnes a été rendu possible grâce à la contribution financière de Service Canada et de SPHERE-Québec, sans oublier un apport financier important de la part des promoteurs.

Actuellement, six personnes ont été embauchées pour travailler chez Déclick à la suite de cette formation qu'ils ont pu compléter avec Sophie Goyette, une professionnelle du domaine. Ces personnes ont accès à la mesure Contrat d'intégration au travail.

La première production vidéo du groupe, Rumba cérébrale, vient de gagner le prix du 30e anniversaire du Festival International Ciné-Vidéo-Psy de Lorquin édition 2006, un festival qui réunit les gens qui gravitent autour du monde de la santé mentale et qui utilisent le film et la vidéo comme outils de rétablissement et de création. Notons que 152 films provenant de 10 pays étaient en compétition.

Rumba cérébrale, la première production vidéo du groupe, a gagné le prix du 30e anniversaire du Festival International Ciné-Vidéo-Psy de Lorquin en 2006.
Rumba cérébrale, la première production vidéo du groupe, a gagné le prix du 30e anniversaire du Festival International Ciné-Vidéo-Psy de Lorquin en 2006.

Ce premier film présente avec beaucoup de justesse ce que vivent les personnes schizophrènes de l'intérieur. Sophie relate à quel point le public présent à Lorquin a été ému : « C'était à peine croyable de voir des professionnels, des infirmières, des médecins, sortir de la salle en pleurs ou à ce point impressionnés par le film que les jeunes ont produit. » Sophie souligne que l'une des clés de ce succès réside dans le fait qu'elle a privilégié une approche libre de contraintes :« ils étaient les seuls maîtres de leur œuvre, je ne l'ai vue qu'à l'étape du montage final.».

En guise de mesure d'accommodement et de soutien, Ginette Allard, une intervenante d'expérience, accompagne le personnel et fait le lien avec les ressources à l'externe. Déclick peut s'appuyer sur l'expertise et le soutien du service spécialisé de main-d'œuvre L'Arrimage.

Un journaliste français vient également de se joindre à l'équipe afin de contribuer à la mise en œuvre du second projet cinéma amorcé depuis le 1er novembre dernier.

Avec ses partenaires, Déclick compte développer, de concert avec D'un couvert à l'autre, un projet de livre sur la prévention du suicide qui sera entièrement réalisé par des personnes qui vivent avec des problèmes sévères de santé mentale.

Des bienfaits inestimables

Le travail, en plus d'être source de revenu, est source de fierté. C'est peut-être pour cette raison que nos deux couples ont indiqué que, dans leur équipe respective, les hospitalisations ont été très rares, le taux d'absentéisme très bas et la vie quotidienne beaucoup plus stable. De plus, chacun dans son domaine respectif acquiert des compétences transférables.

Des conditions pour assurer la continuité

Ces deux organisations ont des projets d'avenir : consolider leurs activités, développer leur marché, refaire des projets d'insertion. Elles ont un fort potentiel pour former de nouveaux candidats. Il reste à voir qui peut, en complémentarité avec les autres sources de revenus, y contribuer financièrement et de quelles façons.

Ce type d'organisation est souvent à cheval entre le secteur de la santé et des services sociaux et le secteur de l'emploi et, de ce fait, ne correspond pas facilement aux règles des mesures et programmes existants. Il demeure que ces initiatives offrent d'intéressantes possibilités, notamment en matière d'accès à un emploi et d'amélioration de l'état de santé.

Le CAMO pour personnes handicapées, par ses visites en région, recueille actuellement de l'information au sujet de ce type d'initiatives et invite ses partenaires à lui faire parvenir toute documentation qui pourrait lui être utile.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

La Journée Contact en photos

Photos : Alain Tremblay

Le 20 novembre dernier, plus de 150 personnes étudiant ou ayant étudié dans un centre de formation professionnelle, un cégep ou une université et ayant une limitation fonctionnelle ont participé aujourd'hui à la Journée Contact organisée par le Comité d'adaptation de la main-d'œuvre (CAMO) pour personnes handicapées. Ces personnes étaient invitées à se brancher sur le réseau de l'emploi en rencontrant 20 employeurs : « Les employeurs ont des besoins et recherchent une main-d'œuvre qualifiée et compétente. Les étudiants, finissants et diplômés réunis aujourd'hui représentent une main-d'œuvre diversifiée ayant des qualifications et des compétences dans une multitude de domaines. L'objectif de la journée était que les deux groupes se rencontrent. » souligne Madame Monique Richard, présidente du CAMO pour personnes handicapées.

Plusieurs employeurs ont répondu à l'invitation du CAMO et étaient sur place pour rencontrer les diplômés et futurs diplômés : Banque Nationale, Laboratoires Abbott, Air France Canada, Roche Diagnostics, Loto-Québec, Université McGill, Médias Transcontinental S.E.N.C., TD Canada Trust, Cirque du Soleil, Radio-Canada, Banque Laurentienne, Casino de Montréal, Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages, Société de transport de Montréal (STM), RBC Groupe Financier, Caisse de dépôt et placement du Québec, Ville de Montréal, Centre de services partagés du Québec pour la fonction publique québécoise, TD Meloche Monnex et Commission de la fonction publique du Canada.

Monique Richard, présidente du CAMO souhaite la bienvenue aux participants.
Monique Richard, présidente du CAMO souhaite la bienvenue aux participants.

Et c'est parti...
Et c'est parti...

150 étudiants, finissants et diplômés...
150 étudiants, finissants et diplômés...

20 employeurs...
20 employeurs...

Des compétences...
Des compétences...

Des échanges...
Des échanges...

EN BREF

Stratégie nationale pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées - La ministre Michelle Courchesne lance une consultation en ligne pour accentuer la participation au marché du travail des personnes handicapées

À l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, qui met l'accent sur l'intégration des personnes handicapées dans la société, la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Mme Michelle Courchesne, est heureuse d'annoncer la mise en ligne d'une consultation publique qui servira à définir une stratégie nationale pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées. « Pour relever ce défi important, la participation à la consultation de nombreux citoyens, dont les personnes ayant des incapacités et les acteurs du marché du travail, est souhaitée et primordiale », a mentionné la ministre Courchesne...(Lire la suite)

Des démarches de consultation régionale qui concernent la participation sociale des personnes handicapées

L'Office des personnes handicapées du Québec tient plusieurs activités publiques pour faire connaître une importante démarche de consultation visant à actualiser la politique d'ensemble A part... égale, qui touchera toutes les régions du Québec.

Sous le thème A parts égales, levons les obstacles, les activités permettront le lancement en région des travaux réalisés par l'Office. En effet, l'Office a reçu, en décembre 2004, le mandat d'actualiser la politique d'ensemble A part... égale publiée en 1984...(Lire la suite)

Éric Daigle
Conseiller - Information et communications

Remonter

Le Bulletin est réalisé grâce à l'aide financière d'Emploi-Québec.

Mme Denis de l'Office municipal d'habitation de Montréal.

Ajuster la taille du texte (2)

  • Redimensionner le texte à 75%
  • Redimensionner le texte à 90%
  • Redimensionner le texte à 100%
  • Redimensionner le texte à 115%
  • Redimensionner le texte à 125%
Capsules LSQ (langue des signes québécoise) Offres d'emploi de nos partenaires

Votre navigation

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du
Comité d'adaptation de la main-d'oeuvre (CAMO) pour personnes handicapées.

Commission des partenaires du marché du travail.

Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.