La mise en page du site vous semble bizarre ? Découvrez pourquoi en cliquant ici.

Logo du CAMO pour personnes handicapées

La compétence au-delà de la différence

logo du CAMO adapté pour l'imprimé
Ordinateur adapté pour une personne ayant une déficience visuelle.
Plage tactile (afficheur braille) pour usage de l'ordinateur (déficience visuelle).
Homme ayant une déficience visuelle, lisant un document en braille lors d'une réunion de travail.
Vous êtes ici : Accueil > Documentation > Publications > Vol.4 no.2 - Juillet 2005

Documentation : Publications

Vol. 4 no. 2 - Juillet 2005

Mot du directeur général

Une année 2004-2005 bien remplie

Le 1er juin dernier avait lieu l'assemblée générale annuelle du CAMO. Cette rencontre a permis de tracer les grandes lignes des différentes activités réalisées en cours d'année et de faire le point sur les dossiers qui ont retenu l'attention de l'équipe du CAMO.

Un Diagnostic

En 2005, le CAMO a publié l'une de ses pièces maîtresses : le Diagnostic sur la formation et l'emploi des personnes handicapées au Québec. Outil d'information et de réflexion, le Diagnostic a servi d'assise à notre exercice de planification stratégique. La version complète et la vue d'ensemble sont disponibles sur notre site Web.

Des avis

Au cours de l'année, le CAMO a également présenté des avis portant sur cinq sujets particuliers :

  • le projet de loi no 56, loi modifiant la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées
  • la promotion de la formation professionnelle et technique (FPT);
  • le programme Contrat d'intégration au travail (CIT);
  • le projet de loi no 57, Loi sur l'aide aux personnes et aux familles;
  • le gouvernement en ligne.

Des outils

Depuis plusieurs années, le CAMO produit des outils d'information. Cette année, trois projets ont davantage retenu l'attention de l'équipe :

  • la finalisation et la diffusion du cédérom Embaucher des personnes handicapées... Passez à l'action!;
  • la mise à jour hebdomadaire du site Web du CAMO;
  • le contenu de la trousse de formation continue destinée au personnel d'Emploi Québec.

De nouvelles orientations et un plan d'action

Le CAMO s'est aussi tourné vers l'avenir en procédant à une réflexion sur les orientations qui devraient guider son action au cours des trois prochaines années.

Le CAMO veut, entre autres, contribuer à réduire l'écart encore trop important entre l'offre de main-d'œuvre des personnes handicapées et la demande de main-d'œuvre des entreprises.

Il souhaite aussi favoriser l'émergence de conditions propices afin que les personnes handicapées maintiennent la motivation dont elles doivent faire preuve si elles veulent surmonter les obstacles liés à l'intégration au marché du travail.

Accéder aux différents services dont les personnes handicapées ont besoin dans leurs démarches d'emploi peut également s'avérer une tâche ardue. Les liens de continuité et de complémentarité entre ces services ne sont pas toujours évidents. Le CAMO veut aussi intervenir à ce sujet et proposer des pistes de solution.

En 2005-2006, le CAMO entend :

  • aplanir les obstacles liés à la transition école-vie active;
  • faire en sorte que des services conseils soient offerts aux entreprises qui doivent répondre à des objectifs d'équité en emploi;
  • améliorer ses stratégies de communication à l'égard des entreprises;
  • promouvoir des modèles de continuum de services qui fonctionnent;
  • contribuer à rendre plus accessible la formation professionnelle et technique (FPT);
  • proposer des actions concrètes devant accompagner les stratégies gouvernementales concernant les personnes handicapées et l'emploi;
  • maintenir vivants les liens de partenariat dans les différentes régions du Québec.

En conclusion, le défi qui attend le CAMO est de taille, encore davantage dans le contexte particulier où il n'intervient directement ni auprès des individus, ni auprès des entreprises.

La concertation et le partenariat s'imposent. Seule l'action conjuguée de tous les collaborateurs concernés peut favoriser les résultats souhaités.

Le CAMO est résolument déterminé à s'engager dans cette voie et veut contribuer à créer une véritable force de changement.

Claude Séguin, directeur général
CAMO pour personnes handicapées

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Adoption du projet de loi no57

C'est le 15 juin dernier que l'Assemblée nationale adoptait le projet de loi no 57, Loi sur l'aide aux personnes et aux familles. Déposé en juin 2004, ce projet de loi a fait l'objet de nombreuses critiques et a subi, en cours de route, un certain nombre de modifications. Cependant, la nouvelle loi ne fait toujours pas consensus; plusieurs groupes oeuvrant pour la défense des droits des personnes à faible revenu la considèrent toujours inacceptable.

À l'automne 2004, le CAMO déposait son mémoire portant sur ce projet de loi à la Commission des affaires sociales. Le document présentait le point de vue de l'organisme sur certains aspects du projet de loi, plus particulièrement sur les articles liés au Programme de solidarité sociale. L'un des principaux commentaires du CAMO concernait l'importance d'assurer aux personnes ayant des contraintes sévères à l'emploi, des personnes handicapées en grande partie, l'accès aux mesures et programmes visant l'intégration et le maintien en emploi.

À cet effet, la nouvelle loi se fait plus explicite, répondant ainsi au souhait du CAMO et de plusieurs autres groupes, avec l'amendement de l'article 5 où il est indiqué que le ministre peut « offrir des moyens pour faciliter la participation des personnes handicapées aux mesures, programmes et services d'aide à l'emploi afin de favoriser leur intégration et leur maintien en emploi, en milieu de travail régulier ou en entreprise adaptée. »

En ce qui a trait aux règlements devant accompagner la loi, le mémoire du CAMO proposait quelques modifications. Il faudra toutefois attendre le dévoilement de ces derniers et en faire une lecture attentive pour voir si les modifications souhaitées ont été effectuées. À cet égard, la ministre Michelle Courchesne indiquait récemment que ces règlements seraient peut-être dévoilés à la fin août, sans s'y engager formellement.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Les étudiants handicapés au cégep : portrait de la situation

Les cégeps accueillent des étudiants ayant des incapacités depuis plus d'un quart de siècle. Ces étudiants sont de plus en plus nombreux, bien que leur nombre demeure toujours modeste.

Au fil des ans, des services et des programmes d'aide ont été mis en place pour répondre à leurs besoins et faciliter la poursuite de leurs études. Toutefois, au cours de cette même période, les cégeps, le type de clientèle et les méthodes d'enseignement ont évolué et de nombreux changements sont survenus : nouvelles clientèles d'étudiants ayant des incapacités (problèmes de santé mentale, troubles d'apprentissage, autisme, etc.), nouvelles approches d'enseignement (enseignement à distance, alternance travail-études, voyages d'études, etc.) et nouvelles façons d'enseigner et d'étudier avec les technologies de l'information et des communications (TIC).

Tous ces changements soulèvent des interrogations quant à savoir si les services et programmes offerts aux étudiants handicapés du collégial sont toujours adéquats.

Pour faire le point sur cette question, un comité de réflexion a effectué des travaux d'analyse et de recherche afin de dresser un portrait de la situation des étudiants ayant des incapacités dans les cégeps. Mis sur pied en septembre 2003 et sous la supervision de l'Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ), le comité était formé de représentants des services aux étudiants handicapés dans les cégeps, de représentants de différentes directions du ministère de l'Éducation (MÉQ), d'un représentant de l'Association québécoise des étudiants ayant des incapacités au postsecondaire (AQEIPS) et d'un représentant du CAMO.

Les résultats de ces travaux ont été dévoilés le 16 avril dernier dans le cadre de l'Assemblée générale annuelle de l'AQEIPS. Ce rapport se veut un document de réflexion pour contribuer à l'amélioration des services offerts aux étudiants.

Le rapport suggère des cibles d'action s'articulant autour de différents thèmes : la situation des clientèles d'étudiants handicapés émergentes, les nouvelles formules pédagogiques et leur impact dans l'accès aux services, le rôle des intervenants associés (centres de réadaptation, Emploi-Québec, etc.), la transition des étudiants entre les différents ordres d'enseignement (du secondaire vers le collégial ou du collégial vers l'université) ainsi que l'accès aux TIC et leur adaptation pour les étudiants handicapés.

Le rapport est en ligne sur le site Web de l'OPHQ. Il est également possible d'en obtenir une copie papier en communiquant avec l'OPHQ par téléphone au numéro sans frais 1 800 567-1465 ou en faisant une demande de publication à partir du site Web de l'OPHQ.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

Portrait d'une entreprise de travail adapté : les Ateliers Léopold-Desrosiers à Matane

Là où le fleuve s'élargit jusqu'à ne laisser paraître qu'une mince ligne de la Côte-Nord, les Ateliers Léopold-Desrosiers, situés dans le quartier industriel de Matane, embauchent 95 personnes oeuvrant dans des domaines variés. La proportion de personnes handicapées chez les employés est de 90 %, ce qui représente un taux très élevé.

Les Ateliers Léopold-Desrosiers sont actifs dans plusieurs secteurs : couture industrielle, entretien ménager, récupération, transforma-tion du bois, location d'aides techniques, réparation et fabrication d'objets divers. Ainsi, les personnes travaillent dans l'atelier de couture à la confection de vêtements en polar, au secrétariat, à la coupe de bois pour le camping, à la fabrication d'allume-feu pour le plein air, à l'ensachage de ces produits, à la réparation de matériel orthopédique, à la gravure de plaquettes d'identification ou de signalisation, à l'entretien ménager dans des commerces, au déchiquetage de documents confidentiels, etc. Il y a même des projets de fabrication d'objets métalliques. Bref, il y en a pour tous les goûts.

Cette diversité de postes permet aux personnes ayant différentes limitations de trouver leur place sur le marché de l'emploi et aux Ateliers de s'ouvrir à de nouveaux marchés. Les possibilités de l'équipe sont encore nombreuses et elle est toujours ouverte à d'autres projets.

Pour en savoir plus sur les Ateliers Léopold-Desrosiers, composez le (418) 562-2640.

Pour plus d'information sur les entreprises de travail adapté, contactez le Conseil québécois des entreprises adaptées (CQEA) par téléphone au (418) 872-7899, par courriel au cqea@videotron.ca ou visitez leur site Web au www.cqea.qc.ca.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Les rencontres des tables régionales de concertation : un bilan positif

Tenues à Montréal et Québec les 29 et 31 mars dernier, les deux rencontres entre le CAMO et les représentants des tables régionales de concertation pour l'emploi des personnes handicapées ont été un succès, que ce soit en termes de participation que de qualité des échanges. Ces deux rendez-vous ont permis de réunir 52 représentants de 14 tables régionales de concertation.

Rappelons que les objectifs de ces rencontres étaient de présenter les résultats du Diagnostic sur la formation et l'emploi des personnes handicapées au Québec et la planification stratégique triennale 2005-2008 du CAMO. Les discussions et les échanges ont permis de dégager de quelles façons ces deux réalisations pouvaient trouver écho dans les différentes régions du Québec. Ces moments ont aussi été l'occasion pour les différentes tables de présenter leurs plus récentes réalisations.

Le CAMO tient à remercier une fois de plus les participants des différentes tables d'avoir répondu nombreux à l'invitation et d'avoir participé activement à l'exercice.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Marie-Claude Séguin, chargée de projet.

Plein feu sur le projet PHARE

Comme vous le savez sûrement, le CAMO pour personnes handicapées travaille à la réalisation d'un programme de formation en mode virtuel intitulé PHARE (Personnes Handicapées et Accessibilité aux Ressources de la E-collaboration)

Ce projet a vu le jour dans le cadre d'une entente avec le Fonds national de formation de la main-d'œuvre (FNFMO). Quarante participants prennent part au projet et proviennent de différents Regroupement d'organismes de promotion (ROP) et de quelques organismes de base des ROP. Tous sont fortement engagés au sein de l'Alliance Québécoise des Regroupements régionaux pour l'Intégration des Personnes Handicapées (AQRIPH).

Le projet PHARE permet d'offrir aux participants du projet un programme de formation pour l'utilisation d'une plateforme de travail collaboratif.

À quoi sert une plateforme de travail collaboratif?

L'utilisation d'un tel outil technologique offre de nombreuses possibilités. Pensons, entre autres, aux échanges en ligne, aux groupes de discussions, à la gestion des tâches, des agendas et des documents.

La plateforme de travail permet également d'effectuer un suivi des tâches pour chacune des personnes qui participent à la réalisation d'un projet commun.

Les buts visés par le programme de formation

Les connaissances acquises lors de ces formations auront pour effet de mieux outiller le réseau de l'AQRIPH et des ROP qui voient dans l'implantation d'une plateforme de collaboration un moyen de :

  • faire connaître cet outil aux travailleurs concernés;
  • mieux soutenir le travail des membres du réseau (faciliter et augmenter les collaborations, faciliter l'engagement des membres en régions éloignées, pallier certains déplacements difficiles et coûteux);
  • développer leurs compétences pour l'utilisation des nouvelles techno-logies;
  • créer un lieu privilégié permettant de cerner les besoins et les intérêts des personnes handicapées en regard des nouvelles technologies et les différents éléments permettant d'en favoriser leur appropriation.

Le coup d'envoi!

Afin que les participants puissent se rencontrer et pour démarrer officiellement le projet, deux rencontres en salle ont eu lieu : une à Montréal à la fin avril et une à Québec début mai. Quant aux activités en ligne, elles se poursuivront jusqu'en octobre prochain.

Les grandes étapes du programme de formation

Suite à la première rencontre en salle, les participants doivent compléter différents exercices en ligne. D'une durée de trente heures et conçu sous forme de capsules, le programme de formation permet aux participants de se familiariser avec les différentes fonctions du nouvel outil technologique et ainsi connaître les multiples possibilités de son utilisation dans le cadre de leur travail.

Des participants enthousiastes!

Les personnes qui prennent part au projet sont motivées et perçoivent déjà les retombées concrètes de l'utilisation d'une telle plateforme de travail dans la réalisation de certaines de leurs activités. Toutefois, tous s'entendent pour dire que le travail à distance est certes profitable, mais qu'il ne faut pas pour autant négliger les rencontres « en face à face » à l'occasion.

Les suites

Un des partenaires du projet travaille déjà à l'élaboration d'une demande de subvention qui permettrait d'assurer la pérennité du programme et d'étendre à un plus grand nombre de personnes la formation et l'utilisation de la plateforme.

C'est donc un dossier à suivre...

Marie-Claude Séguin, chargée de projet

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

À Rouyn-Noranda, Mohamed Ghoul conjugue autisme avec musique

Il est vif, actif et créatif. Il vit à Rouyn-Noranda et nous vient d'ailleurs, avec ses idées....inclusives. Il passe des heures et des heures à travailler dans de grands locaux qui ressemblent davantage à des studios d'enregistrement qu'à un lieu d'intervention. Si vous passez par hasard le voir, c'est tenant un instrument de percussion, un djembé africain, qu'il vous recevra. Mohamed Ghoul est un être à part!

Musicien et intervenant, il a développé, d'abord en France puis en Abitibi, une approche qui étonne : la Socio-Dynamique d'Intégration par l'Art (SDIA). Le CAMO s'est attardé à cette approche dans la mesure où elle donne des résultats visibles bien qu'elle sorte définitivement de l'ordinaire.

Mohamed Ghoul travaille avec des adultes autistes depuis quelques années. Il se sert également de la SDIA pour intervenir auprès de différentes clientèles. Certains se souviendront d'un reportage à son sujet diffusé à l'émission Le Point à Radio-Canada.

La Socio-Dynamique d'Intégration par l'Art (SDIA) en quelques mots

La Socio-Dynamique d'Intégration par l'Art (SDIA) est une méthode qui place la musique à la base de l'intervention. Le djembé favorise l'intégration de normes et de règles de vie. Par exemple, les musiciens doivent respecter certaines consignes et collaborer avec les autres. Cette méthode amène pro-gressivement l'individu à établir une communication et à trouver sa place au sein d'un groupe. La personne pratique d'abord en individuel avec Mohamed Ghoul, elle se joint ensuite à un autre musicien, puis à un groupe.

Les personnes autistes ont été les premières à profiter de cette méthode. En bref, l'approche amène une personne qui était au départ isolée à établir une relation avec l'autre, puis à s'intégrer progressivement à un groupe.

Le centre d'expression artistique régional Perçu-en-arts

Le Centre d'expression artistique régional Percu-en-Arts est un lieu sécurisant, chaleureux et les intervenants doivent s'assurer qu'il le demeure. Cet espace est un élément central des interventions. C'est là que s'établit une première routine et où, graduellement, surviennent les changements dans la routine, dans les activités et dans les obligations de chacun. C'est là que se modulent également le contact aux autres, l'accueil de l'autre.

Ce lieu peut par la suite se transposer ailleurs, puisque le djembé devient alors le fil qui tient le groupe. Il faut dire que l'énergie de Mohamed Ghoul y est aussi pour beaucoup.

Devenir quelqu'un

Il apparaît que la grande réussite de l'approche préconisée par monsieur Ghoul est de faire en sorte que ces musiciens développent leur identité : devenir une personne qui a des intérêts et qui les partage, une personne qui accomplit quelque chose, une personne qui gagne en fierté et en assurance, une personne qui communique.

Mohamed Ghoul est constant dans ses efforts d'accueil et d'intégration de tous et toutes. Il utilise maintenant son approche avec d'autres groupes, notamment avec de jeunes décrocheurs.

Une recherche

Cette méthode donne-t-elle des résultats? Une équipe de chercheurs de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue s'attarde actuellement à cette question. Elle procède à une recherche comparative entre le groupe de monsieur Ghoul et un groupe témoin. La clientèle présente des troubles envahissants de développement (TED) dont l'autisme.

L'équipe de chercheurs a d'abord visionné et analysé les séquences filmées par monsieur Ghoul lors de sa première expérimentation afin d'en dégager la méthode. Les résultats de cette recherche seront dévoilés à la fin de l'année. Le projet de recherche est le fruit d'un partenariat entre l'OPHQ, le Centre de réadaptation La Maison, l'Université du Québec de l'Abitibi-Témiscamingue, la Société d'autisme - Région de l'Abitibi-Témiscamingue et Percu-en-Arts.

Des projets

Mohamed Ghoul cherche à développer d'autres projets. Par exemple, il aimerait que ses musiciens puissent aussi acquérir de l'expérience de travail. Il pense à des métiers liés à la scène et à la production artistique. Il a aussi l'idée de mettre sur pied une cantine tenue et gérée par des personnes handicapées qui offriraient des repas à prix modique aux personnes démunies.

Pour plus d'information sur Percu-en-Arts et la SDIA, contactez Mohamed Ghoul.

D'autres projets basés sur les arts

Les arts sont utilisés dans plusieurs autres initiatives d'insertion sociale et d'intégration au marché du travail, particulièrement en santé mentale. Le CAMO ne peut que souligner l'inventivité de ces projets. Faites-nous connaître vos initiatives en communiquant avec nous.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Lancement officiel du Diagnostic

Après plusieurs mois de travail, le Diagnostic sur la formation et l'emploi des personnes handicapées au Québec a officiellement été lancé le 2 mai dernier. Le Diagnostic se veut un outil permettant de mieux comprendre la situation des personnes handicapées en regard de la formation et de l'emploi et de voir quelles solutions peuvent être mises de l'avant pour éliminer les obstacles identifiés. Un résumé détaillé des résultats du Diagnostic a été publié dans Le Bulletin du CAMO (mars 2005).

La version complète ainsi que la version vue d'ensemble du Diagnostic ont été diffusées en mai auprès des différents milieux concernés par la formation et l'emploi des personnes handicapées. Ces documents sont également en ligne sur le site Web du CAMO.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

Et c'est parti! Journal d'une tournée

Cette année, le CAMO pour personnes handicapées a mis en branle une tournée des différentes régions administratives. Dans la foulée de ses activités visant à se rapprocher des acteurs sur le terrain, le CAMO a entrepris de sillonner le Québec. Dans la mesure de ses disponibilités, la présidente du CAMO, madame Monique Richard, sera présente.

Ces visites nous permettent de rencontrer les partenaires de la table de concertation travail et personnes handicapées de la région, d'échanger sur nos plans d'action respectifs et sur les liens que nous pouvons développer ensemble. De plus, nous en profitons pour visiter certaines initiatives en lien avec nos orientations.

Ayant débutée en mars 2005, la tournée se poursuivra toute l'année. C'est avec les responsables des tables de concertation que le programme est défini; leur collaboration est déterminante pour la réussite de cette activité. Jusqu'à présent, le CAMO a été accueilli à bras ouverts dans deux régions : l'Abitibi-Témiscamingue et le Bas-Saint-Laurent.

L'Abitibi-Témiscamingue: première page du carnet de voyage

C'est en mars dernier que Claude Lacasse du bureau régional de l'Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) nous a fait découvrir les joyaux de sa région. Et il n'est pas peu fier des réalisations des partenaires de l'Abitibi et du Témiscamingue. Il prétend que le parc des Laurentides qui les sépare des grands centres a un effet bénéfique sur leur créativité débordante.

Le projet Milieux de formation et de travail adaptés

Premier arrêt : assister à une rencontre du Comité régional des partenaires du projet Milieux de formation et de travail adaptés (MFTA). Ce projet pilote permet à des personnes ayant des limitations et qui sont très éloignées du marché du travail d'avoir accès à un lieu d'apprentissage pour intégrer des habitudes de travail et acquérir des compétences. Ce programme axé sur l'inté-gration en emploi est totalement modulé en fonction des besoins des personnes. Un maillage important lie les partenaires. Les milieux de formation et de travail adapté se développent tant dans le milieu communautaire, dans l'entreprise privée que dans les établissements publics.

Ce matin-là, les membres du Comité se réunissaient pour voir à la bonne marche des activités et pour discuter des obstacles qu'ils rencontrent. Ce fut donc un réel privilège d'assister à cette réunion. Un dîner avec madame Francine Plante du projet MFTA a permis d'en connaître l'historique. Également au programme, la visite de deux MFTA : le premier est un atelier logé à l'intérieur du Centre de récupération à Rouyn-Noranda où sont triées des composantes métalliques d'ordinateur. Le second est intégré à une très belle chocolaterie... Nous aurons sûrement l'occasion de vous parler davantage de ce projet très bientôt.

Tables régionales de concertation travail et personnes handicapées

Et la visite ne s'arrête pas là! Une rencontre avec les membres de la Table régionale de concertation travail et personnes handi-capées était prévue. Une découverte : leur campagne annuelle de sensibilisation du potentiel des personnes handicapées auprès des entreprises. Cette campagne se fait à travers les différents médias locaux (principaux réseaux de télévision, journaux) et un carton d'information est acheminé aux entreprises. En 2004, une jolie pochette promotionnelle comprenant une vidéo-cassette était aussi disponible. La campagne se répétera cet automne.

Manutex

Nous avons également eu la chance de rencontrer madame Cécile Grenier, directrice de Manutex, une entreprise de travail adapté située à Rouyn-Noranda. Madame Grenier a développé Manutex à partir des besoins des entreprises où les employés portent l'uniforme. Depuis, madame Grenier ne cesse de trouver de nouveaux produits à faire coudre par son équipe : en plus des uniformes, des dossards et des sarraus, il y a maintenant des manteaux, des sacs, des tabliers, des vestes de sport avec poches multiples où il est possible de placer un tas de choses.

Vous voulez en savoir davantage sur madame Grenier et Manutex? Consultez la fiche Le citoyen du mois de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda.

Retour à Montréal

De retour à Montréal, le travail commence : rédiger des articles, colliger et classer les informations recueillies, faire les liens avec les activités du CAMO, transmettre ces informations aux collègues, discuter de la tournée en équipe... La masse d'information impressionne et stimule notre engagement.

Prochain arrêt: le Bas-Saint-Laurent

Début juin, le CAMO se rendait à Rimouski : ces gens-là pratique la concertation depuis tellement longtemps que cette façon de travailler fait littéralement partie des mœurs. Dans le prochain numéro du Bulletin, nous vous emmenons avec nous dans le Bas-St-Laurent pour vous présenter nos découvertes...

Remerciements

Il est impossible de passer sous silence le dévouement de Claude Lacasse et l'accueil de sa collègue, Claudette Deault de l'OPHQ lors de notre séjour en Abitibi et au Témiscamingue. Au-delà de ces visites, nous croyons que c'est en créant, entre autres, des liens plus étroits avec les responsables des tables de concertation que le CAMO sera en mesure de mieux jouer son rôle.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

EN BREF

Les canadiens sont invités à présenter leurs points de vue sur les politiques et programmes visant les personnes handicapées

Le ministre du Développement social a lancé des consultations en ligne sur les personnes handicapées. Ces consultations permettront aux Canadiens de partager leurs expériences et de commenter les efforts du ministère en vue d'atteindre la pleine intégration et le mieux-être social des personnes handicapées. (Lire le communiqué)

Remonter

Guide d'accessibilité et d'adaptation des services gouvernementaux - Les services de l'État, c'est aussi pour les personnes handicapées

Ce guide de l'Office des personnes handicapées (OPHQ) vise à soutenir les ministères et les organismes afin qu'ils puissent améliorer l'accès aux services gouvernementaux pour les personnes ayant des incapacités.

Le guide fait référence à des mesures pour rendre accessibles les services offerts à l'ensemble de la population par les ministères et les organismes. Ces mesures peuvent, entre autres, faciliter l'accès aux lieux où se dispensent les services, favoriser l'accès aux documents publics, adapter les pratiques d'accueil au téléphone, au comptoir et par les moyens technologiques (site Internet, courriel), et ce, en misant notamment sur la formation du personnel.

Ce guide est disponible sur le site Web de l'OPHQ.

Remonter

L'Office des personnes handicapées du Québec accorde une subvention au Regroupement des associations au service des personnes handicapées d'Amos (RASPHA)

Lors de son passage en Abitibi- Témiscamingue, le directeur général et président du conseil d'administration de l'Office des personnes handicapées du Québec, M. Norbert Rodrigue, a confirmé l'octroi d'une subvention de 8 000 $ au Regroupement des associations au service des personnes handicapées d'Amos (RASPHA). (lire le communiqué)

... Et une subvention au Regroupement des organismes de personnes handicapées du Bas-du-Fleuve (ROPHBF)

Le directeur général et président du conseil d'administration de l'Office des personnes handicapées du Québec, M. Norbert Rodrigue, a confirmé aujourd'hui l'octroi d'une subvention de 10 000 $ au Regroupement des organismes de personnes handicapées du Bas-du-Fleuve (ROPHBF).(Lire le communiqué)

Remonter

Le guide Conseils pratiques pour une vie autonome de l'Institut national canadien pour les aveugles (INCA) maintenant disponible

Depuis 1918, le personnel, les bénévoles et les amis de l'Institut national canadien pour les aveugles partagent de l'information qui permet d'aider les personnes aveugles ou ayant une déficience visuelle à vivre de façon autonome. Cette information se transmet d'une génération à l'autre et c'est ce que l'on appelle souvent les Conseils pratiques pour une vie autonome.

La perte de vision n'empêche pas les gens de faire des choses, elle change plutôt leur façon de les réaliser. L'INCA présente un nouveau guide intitulé Une centaine de conseils pratiques pour une vie autonome.

Ce guide, disponible en gros caractères, en format DAISY et en format électronique en ligne vous propose plus d'une centaine de trucs et astuces utiles à la maison, au travail et finalement dans la vie de tous les jours. Guide gratuit pour les clients de l'INCA sinon des frais de 10 $ sont exigés.

Pour commander votre guide, écrivez à susan.vida@inca.ca ou par téléphone au (514) 934-4622, ou le 1-800-465-4622 poste 227.

Remonter

Nouvelles fiches d'information du Conseil canadien du développement social (CCDS) concernant les personnes handicapées

Combinaisons d'incapacités
(Fiche d'information 19)

Informations concernant des combinaisons de types d'incapacités : la combinaison de la surdicécité et les incapacités combinées liées à l'agilité, à la mobilité et à la douleur, le taux d'emploi de base selon les types d'incapacités, etc.

L'emploi et les personnes handicapées au Canada
(Fiche d'information 18)

Statistiques relatives à l'emploi des personnes handicapées au Canada, en utilisant des données de Statistiques Canada tirées de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités de 2001 (EPLA), de l'Enquête sur le milieu de travail et les employés (EMTE) de 2001, et du Recensement de 2001. Aussi, bref sommaire de certaines des conclusions d'un rapport intitulé Mesures et services de soutien pour les adultes et les enfants (de 5 à 14 ans) ayant une incapacité au Canada, et en particulier, sur les besoins et lacunes concernant les mesures de soutien au travail.

Mesures et services de soutien pour les personnes handicapées au Canada : besoins et lacunes
(Fiche d'information 17)

Données sur les besoins de mesures et services de soutien parmi les Canadiens ayant une incapacité, ainsi que des informations sur les lacunes concernant ces soutiens et services. L'information de ce numéro est tirée d'un rapport plus détaillé intitulé Mesures et services de soutien pour les adultes et les enfants ayant une incapacité au Canada : une analyse des données portant sur les besoins et les lacunes diffusé en décembre 2004.

Remonter

La Revue de l'année 2004-2005 - Action gouvernementale et personnes handicapées

Lancée le 6 juin dernier dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées (SQPH), la Revue de l'année 2004-2005 - Action gouvernementale et personnes handicapées de l'Office des personnes handicapées du Québec est disponible en ligne. Revue de l'année 2004-2005 - Action gouvernementale et personnes handicapées

Lire le communiqué

Trousse de prévention des problèmes de santé psychologique au travail

Une trousse de la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail de l'Université Laval et de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Cette trousse comprend 3 fascicules (disponibles en fichiers PDF).

Elle est disponible sur le site Web de la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail dans les organisations de l'Université Laval au http://cgsst.fsa.ulaval.ca dans la section Publications (sous-section Monographies).

Fascicule 1 - L'ampleur du problème : l'expression du stress au travail

Fascicule 2 - Les causes du problème : les sources de stress au travail

Fascicule 3 - Faire cesser le problème : la prévention du stress au travail

Aussi, le Guide et outils pour le maintien et le retour au travail, fruit d'un travail interdisciplinaire auquel l'IRSST a contribué, est un guide pour le maintien du lien d'emploi et le retour au travail de personnes atteintes de troubles musculo-squelettiques (TMS). Il est disponible au coût de 20 $.

Lire le communiqué sur le Guide et outils pour le maintien et le retour au travail

Remonter

Le Regroupement pour la concertation des personnes handicapées des Laurentides (RCPHL) dévoile son site Internet : le www.rcphl.org

C'est le 1er juin dernier lors du colloque Venez voir nos talents! que le Regroupement pour la concertation des personnes handicapées des Laurentides (RCPHL) dévoilait son site Internet. Comprenant plusieurs sections dont, entre autres, une importante section Ressources. Un site à visiter au www.rcphl.org.

Lancement du site Web du RCPHL.
Kiosque du RCPHL lors du colloque Venez voir nos talents! avec monsieur Mario Asselin, agent de développement, madame Nathalie Blais, directrice régionale et madame Tonia Reda, vice-présidente du RCPHL

Le colloque Venez voir nos talents!
Un succès sur toute la ligne

Plus de 250 personnes ont participé au colloque Venez voir nos talents! le 1er juin dernier à Sainte-Adèle. Cet événement était organisé par le Comité pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées des Laurentides dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées (SQPH). En avant-midi, le colloque a permis à près de 130 partenaires oeuvrant auprès des personnes handicapées de se rencontrer, d'échanger sur les différentes activités réalisées en cours d'année et sur les façons d'améliorer l'intégration des personnes handicapées dans les différents milieux. En après-midi, d'autres activités dont plusieurs témoignages de personnes ayant un handicap et la présence de 27 kiosques d'information ont attiré plus de 120 visiteurs. Bravo à tous les responsables de l'organisation et aux nombreux participants qui ont fait de cette journée un succès.

Affichez-vous

Avec son site Web, le CAMO pour personnes handicapées vous invite à faire connaître vos projets ou initiatives en lien avec l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées en utilisant la section En bref disponible dans la page d'accueil du site et dans la section Actualités. Cet espace vous appartient...

Pour y mettre en ligne un de vos projets ou une de vos activités, contactez-moi par courriel ou par téléphone au (514) ou 1 888 522-3310, poste 118.

Éric Daigle
conseiller - Information & Communications

Remonter

Réunion à laquelle participent des personnes handicapées et des interprètes en langue des signes.

Ajuster la taille du texte (2)

  • Redimensionner le texte à 75%
  • Redimensionner le texte à 90%
  • Redimensionner le texte à 100%
  • Redimensionner le texte à 115%
  • Redimensionner le texte à 125%
Capsules LSQ (langue des signes québécoise) Offres d'emploi de nos partenaires

Votre navigation

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du
Comité d'adaptation de la main-d'oeuvre (CAMO) pour personnes handicapées.

Commission des partenaires du marché du travail.

Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.