La mise en page du site vous semble bizarre ? Découvrez pourquoi en cliquant ici.

Logo du CAMO pour personnes handicapées

La compétence au-delà de la différence

logo du CAMO adapté pour l'imprimé
Ordinateur adapté pour une personne ayant une déficience visuelle.
Homme ayant une déficience visuelle, lisant un document en braille lors d'une réunion de travail.
Réunion à laquelle participent des personnes handicapées et des interprètes en langue des signes.
Vous êtes ici : Accueil > Documentation > Publications > Vol. 10 no 3 - Mars 2012

Documentation : Publications

Bulletin Mars 2012 - Vol. 10 no 3

Bulletin mars 2012 - Vol. 10 no 3

Claude Séguin, directeur général du CAMO pour personnes handicapées.

Mot du directeur général

Le milieu associatif... en action!

Sous les auspices de l’Alliance québécoise des regroupements régionaux pour l’intégration des personnes handicapées (AQRIPH) et de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN), les partenaires du milieu associatif ont participé les 6 et 7 mars derniers au colloque Le milieu associatif… en action!

Occasion rare de réunir à la fois tous ces partenaires, les organisateurs de ce colloque souhaitaient offrir à leurs membres une tribune pour participer au débat portant sur les enjeux de la formation et de l’emploi des personnes qui vivent des situations de handicap en proposant des pistes d’action pour améliorer la situation.

Logo du Colloque Le milieu associatif... en action!

Des objectifs plus spécifiques étaient visés :

  • Se doter d’un plan d’actions prioritaires et communes pour améliorer la situation de la formation et de l’emploi des personnes qui vivent des situations de handicap;
  • Établir une stratégie d’influence auprès des décideurs en vue de la mise en œuvre de ces actions;
  • Développer et entretenir subséquemment la mobilisation du milieu autour de la défense de ces actions.

Remonter

Cette rencontre a été riche en partage de réflexions, d’analyses et de propositions d’actions. À la lumière de leurs observations portant sur la formation et l’emploi, les participants ont été invités à faire part de leurs points de vue sur les différents thèmes abordés au cours de ce colloque :

La pertinence de recentrer les actions de la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées autour de ses grands enjeux
  • Sensibiliser la population et les acteurs du marché du travail;
  • Reconnaître et développer le potentiel des personnes handicapées;
  • Neutraliser les obstacles à l’intégration et au maintien en emploi.
La nécessité de se doter de conditions essentielles pour soutenir l’emploi et la participation sociale
  • Le maintien d’un filet social et économique;
  • Des stages qui offrent réellement des situations d’apprentissages devant mener à l’emploi;
  • Des responsabilités clairement définies des acteurs de la communauté qui veulent s’engager à développer des parcours de participation sociale;
  • Des moyens financiers et humains pour permettre à ces acteurs de la communauté d’assumer ce mandat.

De gauche à droite : Mmes Véronique Vézina, présidente de la COPHAN, Caroline Boucher, présidente de l'AQRIPH et Anne Hébert, directrice générale adjointe de l'OPHQ.
De gauche à droite : Mmes Véronique Vézina, présidente de la COPHAN, Caroline Boucher, présidente de l'AQRIPH et Anne Hébert, directrice générale adjointe de l'OPHQ.

L’utilisation d’une mesure importante : le Contrat d’intégration au travail
  • Le recours aux différents volets de cette mesure;
  • Les possibilités d’agir sur les situations de handicap;
  • L’impact des coûts exponentiels sur son financement;
  • Le rôle des services spécialisés de main-d’œuvre.

Remonter

Une pratique d’intervention qui peut intégrer des principes d’inclusion sociale
  • Le processus de production du handicap au centre de la conception de la participation sociale affirmée dans À part entière! pouvant orienter l’organisation des services;
  • La complémentarité des services d’emploi.

Le comité organisateur devra maintenant, à la lumière de tous les points de vue exprimés, dégager des pistes d’actions prioritaires qui reflètent les différents consensus afin d’en promouvoir la réalisation auprès d’instances gouvernementales.

Soulignons en conclusion que ce colloque a été rendu possible grâce au précieux soutien financier de l’Office des personnes handicapées du Québec. Pour sa part, l’équipe du CAMO pour personnes handicapées a été très heureuse d’apporter toute sa collaboration à la tenue de cet événement.

Claude Séguin
Directeur général

Remonter

Le colloque en images

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Remonter

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Photos des participants au Colloque Le milieu associatif... en action!

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

Les activités du Réseau des entreprises

À la séance de février, les membres du Réseau des entreprises pour l’intégration des personnes handicapées ont fait le suivi des travaux des différents comités. Au nombre de quatre, ces comités ont pour buts, entre autres, d’établir la programmation des différentes rencontres de l’année, de développer des activités de recrutement, de mettre sur pied une bibliothèque virtuelle et d’organiser un événement dont le point culminant se tiendra en juin prochain dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées (SQPH). De plus, le thème principal de la séance consistait en la présentation des services, des programmes et des mesures pouvant soutenir les membres du Réseau dans l’implantation de leur politique d’embauche des personnes handicapées.

Logo du Réseau des entreprises pour l'intégration des personnes handicapées

Une soirée reconnaissance lors de la SQPH

L’événement qui aura lieu lors de la SQPH est particulièrement digne de mention. En effet, 11 organisations membres du Réseau ont créé la Bourse Mon entreprise! Ma réussite!, une bourse de 5 000 $ dont l’objectif est de soutenir le développement entrepreneurial d’une personne handicapée (entreprise d’économie régulière, d’économie sociale ou entrepreneur autonome). La bourse est rendue possible grâce à la volonté de la Banque Nationale Groupe Financier, du Groupe Banque TD, d’Hydro-Québec, de Loto-Québec, de RBC Banque Royale, du Secrétariat du Conseil du trésor, de la Société de transport de Montréal, de l'Université de Montréal et de la Ville de Montréal et avec la collaboration de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et des Rôtisseries St-Hubert.

Remonter

De plus, la bourse sera assortie d’une formule de mentorat permettant au récipiendaire de bénéficier de l'expertise de professionnels dans un ou plusieurs aspects liés au développement de son entreprise et de ses compétences entrepreneuriales. La formule de mentorat sera assurée par les différentes organisations à l’origine de la bourse.

La date limite pour soumettre sa candidature est le 1er mai prochain et la Bourse Mon entreprise! Ma réussite! sera remise le 6 juin prochain lors d’une soirée reconnaissance dans les locaux de l’Université de Montréal.

Pour en savoir davantage sur la bourse et les critères d’admissibilité, consultez la page d’accueil du www.camo.qc.ca.

Présentation des services programmes et mesures

Lors de la séance, les membres du Réseau ont su tirer profit de la présentation qui leur a été faite au sujet des services, mesures et programmes qui existent pour les soutenir dans l’implantation de leur politique d’embauche de personnes handicapées. Les membres du Réseau souhaitaient en savoir plus sur le Qui fait quoi? de l’emploi et de la formation des personnes handicapées. Après la présentation, le CAMO pour personnes handicapées proposait un quiz comportant une dizaine de questions afin de tester leurs connaissances. En voici quelques-unes.

Remonter

Pour un poste de réceptionniste, vous avez sélectionné une personne ayant une déficience visuelle et vous voulez vous assurer qu’elle aura tout ce dont elle a besoin pour travailler. À qui allez-vous vous adresser?
  • À elle en premier lieu; elle a peut-être tout ce dont elle a besoin;
  • Il se peut aussi qu’elle ait déjà accès à un conseiller d’un centre de réadaptation en mesure d’adapter son poste ou au conseiller d’un SSMO qui s’occupera de coordonner les activités d’adaptation avec elle et vous;
  • Au besoin, appeler le CAMO ou le ROSEPH.
Le poste d’aide-comptable comprend le remplacement du réceptionniste à l’heure du dîner. L’embauche récente du nouvel aide-comptable qui éprouve de la difficulté à s’exprimer clairement et de manière concise au téléphone vous porte à repenser l’organisation des tâches. Qui allez-vous consulter?
  • Encore une fois, consulter la personne en premier lieu. Peut-être a-t-elle des stratégies ou des aides techniques en mesure de l’aider à accomplir cette tâche ponctuelle à la satisfaction de tout le monde;
  • Consulter son conseiller au SSMO ou son conseiller en réadaptation s’il en a un et travailler à trois pour trouver une ou des solutions (revoir l’organisation des tâches avec l’équipe par exemple);
  • Au besoin, contacter le CAMO ou le ROSEPH.
Vous recevrez en entrevue une personne ayant besoin d’un interprète parce qu’elle est sourde. Que faire?
  • Vous informer auprès d’elle de ses besoins, par courriel ou par Relais Bell, en lui donnant de l’information sur les modalités d’entrevue ou de passation des tests;
  • Vérifier si elle vient avec son interprète. Si ce n’est pas le cas, lui demander si elle a besoin d’un interprète et de quel type;
  • Il se peut que la personne vous réfère à un conseiller d’un SSMO qui pourra davantage vous éclairer sur la marche à suivre;
  • Si, finalement, la personne n’a pas d’interprète et en a besoin, appeler le SIVET (Service d’interprétation visuelle et tactile) ou une organisation semblable pour acheter les services d’un interprète (48 heures à l’avance);
  • Appeler le CAMO au besoin.

Remonter

Vous constatez que le nouveau gérant de succursale rencontre des problèmes importants de santé mentale et vous voudriez aborder la question avec lui, ressources en main. Qui appelez-vous?
  • Le service spécialisé de main-d’œuvre en santé mentale L’Arrimage, l’Association canadienne pour la santé mentale et la Fondation Travail et Santé mentale sont d’excellentes sources d’information;
  • En tout temps, ne pas chercher les coordonnées de tout un chacun, appeler le CAMO.
Vous révisez votre manuel des employés et vous aimeriez avoir des idées pour introduire certains aspects de votre programme d’accès à l’égalité. À qui vous référez-vous?
  • À la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse ou à la Commission canadienne des droits de la personne;
  • Au CAMO;
  • À vos pairs du Réseau.
Vous avez besoin d’ajuster des tests en fonction des besoins d’une personne qui se présente en entrevue. Qui sont vos meilleurs alliés?
  • La personne elle-même peut vous indiquer ses besoins en en sachant un peu plus sur la nature des tests;
  • Elle est peut-être déjà en contact avec un conseiller en réadaptation ou un conseiller d’un SSMO qui pourra travailler cet aspect avec vous;
  • Sinon le ROSEPH;
  • Toujours le CAMO au besoin.

Remonter

En mettant les morceaux du puzzle ensemble, ce quiz a amené les membres du Réseau à intégrer des notions relatives à l’organisation des services, des mesures et programmes qui leur sont offerts et, de ce fait, à enrichir leur pratique.

La prochaine rencontre du Réseau en avril prochain portera sur le portrait de cinq initiatives mises de l’avant par des membres du Réseau au sein de leur entreprise.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

Éric Daigle - Conseiller information et communications

En action! Stacy Poux

Ayant complété son baccalauréat en ressources humaines par cumul à l’Université du Québec à Montréal en décembre dernier, Stacy a cependant débuté ses démarches de recherche d’emploi bien avant la fin de ses études. « J’ai commencé mes recherches dès septembre. J’ai commencé à explorer les différentes possibilités à partir de mes expériences de travail, j’ai mis à profit mon réseau. Je souhaitais m’y prendre plus tôt que plus tard, question de minimiser le stress dans le dernier sprint de mes études et de me préparer à la transition étudiante/travailleuse de façon graduelle. Ce sont tout de même deux mondes bien différents! »

Stacy Poux

Profil :
En recherche d’emploi

Formation :
Baccalauréat en ressources humaines et DEC en techniques juridiques

Expériences de travail :
2 ans (cumul de stages et d’emplois d’été)

Disponibilité :
Maintenant

Grâce à ses différents stages en cours d’études et à ses emplois d’été, Stacy a pu expérimenter le monde du marché du travail et explorer les différentes possibilités liées à sa formation en ressources humaines et en techniques juridiques. « J’ai été choyée par mes différentes expériences de travail durant mes études et ça m’a permis de mieux cibler les secteurs où j’aimerais travailler. » En effet, depuis 2006, Stacy cumule deux ans d’expériences à travers différents stages ou emplois d’été, et ce, tant dans le secteur de sa formation en ressources humaines (Société des alcools du Québec, Université McGill), que dans le secteur de sa formation collégiale en techniques juridiques (Cour municipale de la ville de Montréal, Loto-Québec, Palais de justice de Montréal). Résultats : « Mon emploi idéal se trouve au niveau des ressources humaines. Si ma formation en techniques juridiques peut être mise à contribution dans ce poste c’est tant mieux, mais le secteur des RH est vraiment le secteur dans lequel je veux travailler. Avis aux intéressés! »

Remonter

Des alliés dans la formation et dans la recherche d'emploi

Il y a des ressources pour aider les personnes en situation de handicap. Que ce soit lors des études ou lors de la recherche d’emploi.

« Pour mes études collégiales et universitaires, je voulais mettre les chances de mon bord. J’ai donc eu recours aux services d’aide aux étudiants pour, entre autres, avoir accès à un preneur de notes. Question de motricité, j’ai de la difficulté à écrire rapidement. Ce service a fait toute une différence dans ma formation! »

« Les services d’aide constituent aussi un bon réseau pour la recherche d’emploi. C’est par eux que j’ai eu connaissance du projet d’emplois d’été pour les personnes en situation de handicap à la Société des alcools du Québec, emploi que j’ai obtenu! Je suis aussi abonnée à la liste de diffusion du CAMO qui, avec ses activités comme la Journée Contact par exemple, représente aussi un bon moyen de réseauter. Autrement dit, chaque personne de ton entourage peut représenter une source de contacts. Pourquoi ne pas en profiter! »

Remonter

Stacy Poux

Conseils aux chercheurs d'emploi

« Oui on peut être en situation de handicap, mais je dis toujours : don’t sell yourself short! Il faut être capable de se vendre en entrevue! Si on n’est pas confortable ça va paraître. Oui il arrive que l’interviewer puisse t’intimider, mais dis-toi que toi tu l’intimides peut-être avec ton fauteuil aussi! Alors moi je me dis que ce que je veux vendre, c’est mon CV, pas mon fauteuil! »

Éric Daigle
Conseiller - Information et communications

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

La formation des personnes handicapées :
un diagnostic pour en savoir davantage

Plusieurs facteurs contribuent à l’accès à l’emploi pour les personnes handicapées. L’un de ces facteurs est celui de la formation et de l’acquisition de compétences en lien avec les besoins du marché du travail. Longtemps, on a considéré le faible taux de scolarité des personnes handicapées comme l’un des principaux obstacles dans leur intégration en emploi.

Toutefois, les plus récentes données statistiques1 indiquent une augmentation de la scolarité pour les personnes handicapées ou ayant des incapacités. En quoi consiste précisément cette scolarité? Cette augmentation contribue-t-elle à l’amélioration du taux d’emploi des personnes handicapées? Quels sont les secteurs d’études choisis par les personnes handicapées? Les compétences acquises sont-elles en lien avec les besoins du marché du travail? Le soutien pour leur permettre de réussir leurs études et d’accéder à l’emploi est-il adéquat?

Ce sont des réponses à ces questions et à bien d’autres que voudra connaître le CAMO pour personnes handicapées à partir de la réalisation d’un diagnostic portant sur la situation de la formation des personnes handicapées au Québec.

Remonter

Les objectifs du diagnostic

  • Dresser un portrait factuel de la situation de la formation des personnes handicapées au Québec (types de formation, niveau de scolarité, taux de réussite ou d’abandon, etc.);
  • Comparer ce portrait avec celui des personnes sans incapacité;
  • Identifier le type de soutien éducatif dont les personnes ont pu bénéficier;
  • Établir l’adéquation entre la formation des personnes handicapées et les besoins du marché du travail.

Le diagnostic permettra de faire ressortir les problématiques pour lesquelles le CAMO pourrait, dans un second temps, proposer des pistes d’action afin d’améliorer la situation.

Afin de l’appuyer dans la réalisation de ce diagnostic, le CAMO a fait appel à l’expertise de la firme Sogémap. Cette firme possède une longue expérience dans la réalisation de ce type de travail. Sogémap avait réalisé en 2004 le Diagnostic sur la formation et l’emploi des personnes handicapées au Québec pour le compte du CAMO.

Diagnostic sur la formation et l'emploi des personnes handicapées au Québec

Les travaux viennent tout juste de débuter et devraient être complétés d’ici la fin de l’année. Un comité de suivi, constitué des membres du comité exécutif du CAMO, a été mis sur pied afin de voir au bon déroulement des travaux et à l’atteinte des résultats souhaités.

La réalisation de ce diagnostic est rendue possible grâce à une aide financière de la Direction du développement des compétences et de l’intervention sectorielle.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère.

En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, on discute embauche

Pour faciliter les liens entre employeurs et personnes en recherche d’emploi, les membres du Comité régional pour l'intégration et le maintien au travail des personnes handicapées - Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont mis de l’avant la tournée des Rendez-vous sur l’emploi. C’est le Regroupement des associations de personnes handicapées de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (RAPHGÎ) et ses partenaires qui ont organisé ces journées d’échanges avec le soutien de Mme Nancy Girard, chargée de projet.

Logo du RAPHGI

Ces Rendez-vous sur l’emploi ont pour buts d’intéresser les employeurs aux compétences et aux talents des personnes handicapées ainsi que d’amener ces dernières à s’informer des perspectives offertes par le marché du travail régional actuel. Du 14 février au 14 mars, six rencontres ont eu lieu respectivement à Gaspé, Chandler, Sainte-Anne-des-Monts, Carleton, Bonaventure et aux Îles-de-la-Madeleine. À chaque occasion, une trentaine de personnes étaient présentes.

Ces activités permettent aussi aux partenaires de cette initiative de s’imprégner des préoccupations des employeurs et des chercheurs d’emploi pour développer leurs actions futures. Ces partenaires, outre le RAPHGÎ, sont Service Canada, Emploi-Québec, SPHERE-Québec, SEMO Gaspésie - Les Îles, l’Office des personnes handicapées du Québec et le CAMO pour personnes handicapées.

Dans la région, le taux d’emploi est bas (moins de 50 % en 2010). Si la tendance est la même qu’ailleurs au Québec, le taux d’emploi des personnes ayant des incapacités devrait se situer autour de 25 %. Ce chiffre laisse croire que le potentiel des personnes en situation de handicap est nettement sous-utilisé.

Remonter

Paysage des Îles-de-la-Madeleine

Par contre, 9 200 emplois seront à pourvoir d’ici 2014 dont 8 000 en remplacement de départs à la retraite. C’est sans doute une occasion à saisir, un terrain fertile pour établir un dialogue entre entreprises, organismes de services publics et communautaires, chercheurs d’emploi, futurs travailleurs aux études, milieu de l’enseignement, etc.

Le Comité régional pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées – Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine souhaite également avoir accès à des données lui permettant de tirer profit de ce contexte favorable, notamment en obtenant de l’information sur la situation des entreprises et les perspectives d’emploi d’une part et, d’autre part, sur le profil et les objectifs d’emploi des chercheurs d’emploi ou personnes en exploration de carrière.

Le Comité compte ensuite mettre de l’avant diverses initiatives, notamment en formation. Ainsi, si vous êtes à même de contribuer à cette opération, n’hésitez pas à joindre madame Nancy Girard, chargée de projet, au 418 368-7248 ou à l’adresse courriel suivante : nancy.girard24@gmail.com

Note

Les données sur le taux d’emploi en 2010 et sur le nombre d’emplois à pourvoir d’ici 2014 sont tirées du site IMT en ligne d’Emploi-Québec.

Carole Foisy, chef d'équipe et conseillère

Remonter

Frank Bouchard, conseiller.

Échange étudiant pour les jeunes ayant une déficience visuelle

Le programme est de retour en 2012!

Pour une deuxième année, les jeunes adolescents du Québec ayant une déficience visuelle pourront participer à un programme d’échange étudiant et d’emploi d’été. En effet, la Table de concertation jeunesse en déficience visuelle (TCJDV) s’associe à nouveau au YMCA et à INCA dans le cadre du Programme Emploi d'été Échange étudiant du YMCA. L’objectif du programme est de permettre à des jeunes de 16 et 17 ans de perfectionner leurs compétences en langue seconde et d’acquérir une expérience professionnelle en effectuant un séjour dans une autre province canadienne. Le programme est financé par Patrimoine Canada et les frais de transport sont pris en charge par Via Rail Canada, partenaire du programme. .

Logo de la Table de concertation jeunesse en déficience visuelle.

Le seul montant exigé pour confirmer la participation des jeunes lorsque ces derniers sont sélectionnés est de 50 $. Chaque participant doit fournir son propre argent de poche. Le programme constitue une belle occasion de vivre une expérience de travail, de gagner des sous, le tout en voyant du pays! Voir du pays était précisément ce qui attirait Gabriel Hervieux, un des participants de l’été 2011 : « J’adore faire des voyages, découvrir des villes et le programme me permettait de le faire sans trop de frais. C’est ce qui m’a intéressé en premier lieu dans le programme. »

Remonter

Le but du programme n’est pas que touristique, il vise aussi et surtout à permettre aux jeunes de vivre une expérience de travail dans laquelle ils peuvent aussi améliorer leur maîtrise de la langue anglaise. Pendant six semaines, en juillet et août, chaque participant aura un emploi rémunéré au salaire minimum en vigueur dans la province d’accueil, et ce, au sein d’un organisme à but non lucratif. Pour sa part, Gabriel a été embauché par le bureau du CNIB à Calgary afin de travailler à l’organisation d’un événement public. « Pour moi c’était une première expérience de travail. Ça c’est super bien passé et les gens du CNIB m’ont très bien accueilli et intégré dans l’équipe. » Le salaire est aussi un aspect intéressant pour les participants : « L’argent que j’ai accumulé l’été dernier me permet cette année de me payer un voyage en Europe » raconte Gabriel.

Pendant son séjour, le jeune est hébergé dans une famille d'accueil, famille ayant elle aussi un jeune qui participe au programme. Le participant fait partie d’un groupe de jeunes encadrés par un coordonnateur local du YMCA. Ce dernier a le mandat de voir à ce que le séjour se déroule bien, tant au plan de l’emploi qu’au plan de la famille d’accueil, tout en organisant des activités et des sorties en groupe les fins de semaines.

Logo de l'INCA.

Remonter

Adaptations

La TCJDV, l’INCA et le YMCA se sont assurés que les jeunes ayant une déficience visuelle puissent participer pleinement au programme. Ainsi, l’INCA/CNIB et ses professionnels de la province d’échange s’assureront que l’intégration du jeune dans la famille d’accueil et dans l’emploi se fasse de manière harmonieuse avec les adaptations nécessaires. Visite des lieux, sensibilisation de la famille, orientation et mobilité, adaptation dans le milieu de travail sont des exemples des différentes actions que pourront prendre l’INCA/CNIB. « Le CNIB m’a fourni un très bon support, d’autant que je travaillais pour eux! J’ai donc eu toute l’aide nécessaire. Le CNIB est aussi venu visiter la famille et la maison pour s’assurer que tout se déroulerait bien », confirme Gabriel Hervieux.

Critères de sélection

Les jeunes intéressés par le programme doivent répondre à certaines exigences :

  • Être disponible pendant les six semaines de l'échange, soit du début juillet à la fin août;
  • Avoir 16 ans au plus tard le 2 juillet 2012 et un maximum de 17 ans le 12 août 2012;
  • Être motivé à participer à un tel projet et avoir conscience du sentiment de déracinement qu’il peut vivre;
  • Être prêt à travailler à temps plein durant les six semaines;
  • Être à l'aise d’habiter chez les parents du participant de l’autre province;
  • Avoir des parents prêts à s’engager pour accueillir, héberger et nourrir le participant de l’autre province;
  • Avoir une connaissance de base de l'anglais et être motivé à en parfaire la maîtrise.

Les jeunes sont sélectionnés à la suite d’une entrevue avec le YMCA. L'inscription ne signifie pas une sélection automatique du candidat.

Remonter

Logo du YMCA.

Inscriptions

Les informations pour s’inscrire au programme sont disponibles sur le site Web du programme, en cliquant sur l’hyperlien Inscrivez-vous. Un formulaire d’inscription apparaîtra alors dans une nouvelle fenêtre. Les deux sites n’étant pas aisément accessibles avec Jaws, il est conseillé de se faire accompagner par un parent ou un ami afin de faciliter la consultation et l’inscription. Les inscriptions sont présentement en cours et il est recommandé de la faire d’ici la fin avril au plus tard.

Important!

Afin que le YMCA soit informé de l’inscription d’un jeune ayant une déficience visuelle au programme et qu’il puisse le repérer, il faut faire parvenir un courriel à madame Jenny Baron du YMCA afin de l’en informer. Le message doit indiquer qu’un jeune ayant une déficience visuelle vient de s’inscrire et le nom complet du jeune.

Pour plus d’information sur le programme, consultez le www.summer-work.com.

Frank Bouchard, conseiller

Remonter

Éric Daigle - Conseiller information et communications

La Bourse Mon entreprise! Ma réussite!

Le CAMO pour personnes handicapées et ses partenaires sont heureux de présenter la Bourse Mon entreprise! Ma réussite! d’un montant de 5 000 $ pour soutenir le développement entrepreneurial d’une personne handicapée. La bourse sera assortie d’une formule de mentorat permettant au récipiendaire de bénéficier de l'expertise de professionnels dans un ou plusieurs aspects liés au développement de son entreprise et de ses compétences entrepreneuriales. La formule de mentorat sera assurée par les différents partenaires à l’origine de la bourse.

Logo de Mon entreprise! Ma réussite!

Grâce au soutien financier de la Banque Nationale Groupe Financier, du Groupe Banque TD, d’Hydro-Québec, de Loto-Québec, de RBC Banque Royale, du Secrétariat du Conseil du trésor, de la Société de transport de Montréal, de l'Université de Montréal et de la Ville de Montréal et avec la collaboration de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et des Rôtisseries St-Hubert, la Bourse Mon entreprise! Ma réussite! sera remise le 6 juin prochain lors d’une soirée reconnaissance pendant la Semaine québécoise des personnes handicapées.

Remonter

Critères d'admissibilité

  • Être une personne handicapée selon la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.
  • Être âgé de 18 ans ou plus.
  • Être citoyen canadien ou résident permanent et demeurer au Québec.
  • Être en affaires depuis au moins six mois.

Critères de sélection

  • Qualité et envergure du projet – L’entreprise a un potentiel de retombées concrètes au niveau social ou économique, à court, moyen ou long terme (exemples : création d’emplois, impact des services offerts sur la communauté, embauche d’une autre personne handicapée, etc.).
  • Originalité – L’entreprise se distingue dans le créneau où elle veut exceller.
  • Réalisme et viabilité – L’entreprise repose sur un plan d’affaires qui démontre sa viabilité.

Le formulaire pour soumettre sa candidature est sur la page d’accueil du www.camo.qc.ca.

Date limite pour soumettre sa candidature : 1er mai 2012

Partenaires de la Bouse Mon entreprise! Ma réussite!

Logos de la Banque Nationale Groupe financier, d'Hydro-Québec, de Loto-Québec, de RBC Banque Royale, de la Société de transport de Montréal, du Secrétariat du Conseil du trésor, de TD Groupe Financier, de l'Université de Montréal, de la Ville de Montréal, du CAMO pour personnes handicapées, de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et des Rôtisseries St-Hubert

Éric Daigle
Conseiller - Information et communications

En bref

Les études postsecondaires, c'est aussi pour toi!

Logo Les études postsecondaire, c'est aussi pour toi!

Ce guide a été écrit par des étudiant(e)s en situation de handicap pour les étudiant(e)s en situation de handicap dans le but de leur offrir une liste des ressources disponibles pour la poursuite de leurs études postsecondaires.

Le désir de l’AQEIPS est que ce guide soit un outil d’émancipation. L’éducation est un droit!

" Si tu veux poursuivre des études postsecondaires, tu as le droit d’obtenir toute l’information nécessaire pour développer tout ton potentiel "

.

Remonter

Notes :

Chapitre 4, section 4.3, pp. 97 à 99, Vivre avec une incapacité au Québec. Un portrait statistique à partir de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités de 2001 et 2006, Institut de la statistique du Québec, 2001. Disponible en ligne au www.stat.gouv.qc.ca/publications/sante/limitations2006.htm (retour note 1)

Remonter

M. Pominville, journalier chez Geneka Biotechnologie.

Ajuster la taille du texte (2)

  • Redimensionner le texte à 75%
  • Redimensionner le texte à 90%
  • Redimensionner le texte à 100%
  • Redimensionner le texte à 115%
  • Redimensionner le texte à 125%
Capsules LSQ (langue des signes québécoise) Offres d'emploi de nos partenaires

Votre navigation

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du
Comité d'adaptation de la main-d'oeuvre (CAMO) pour personnes handicapées.

Commission des partenaires du marché du travail.

Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.